Camille, 28 ans

portrait de bénévole

« Au cours de mes expériences, j’ai rencontré des gens de tous horizons, ça ouvre l’esprit. Puis on réalise des projets fous qu’on n’aurait jamais faits tout seul. »

Camille, originaire de métropole, vit en Guyane depuis 2015. Elle habite à Montsinéry. Géomètre de formation, elle est actuellement salariée dans une association qui œuvre dans le milieu agricole.

Elle découvre le monde associatif à 18 ans, quand elle devient secrétaire d’une association étudiante, et avoue avoir préféré la tenue du bar à la rédaction de comptes-rendus. Par la suite, elle s’investit de diverses manières, de l’épluchage de légumes pour des Disco Soupes à la vente de calendriers à la criée pour une association humanitaire. À son arrivée en Guyane, Camille s’investit à la Cimade — qu’elle a quittée depuis —, où elle aide des migrants dans leurs démarches administratives, et au sein de Portnawak, qui organise soirées et concerts. Elle est également membre du collège de l’AGRRR, association de réduction des risques liés à l’usage de drogues, pour laquelle elle a dessiné le logo.

La dimension collective du bénévolat est essentielle pour Camille qui aime faire ensemble et rencontrer de nouvelles personnes. Concrètement, à travers son engagement, elle a eu l’occasion d’apprendre le droit, de cuisiner pour 60 personnes, de créer des costumes pour le Carnaval, de construire un bar ambulant, de bricoler, etc. Son engagement lui a permis de prendre confiance en elle. Elle se dit aujourd’hui plus « sereine » pour prendre la parole en public, animer des réunions ou rédiger courriers et bilans.

Camille explique qu’elle préfère s’engager à son échelle, sur son territoire plutôt « que d’aller voter aux élections présidentielles ». En effet, pour elle, s’investir dans une association témoigne d’un « engagement militant ».

Retour aux portraits